10 conseils pour acquérir rapidement de nouvelles compétences (The first 20 hours – Partie 2)

Apprendre plus vite la base d’une nouvelle compétence, c’est le sujet de the First 20 hours de Kaufman. S’il faut des dizaines de miliers d’heures pour devenir un maître sur un sujet, comme le démontre Gladwell dans Outliers, on peut acquérir des bases, qui nous place bien au dessus de la moyenne, en un temps très court (20 heures en moyenne). C’est cette idée des cruciales 20 premières heures qui était le sujet de mon premier article sur le sujet.

Dans ce second article, nous allons voir qu’il ne s’agit pas seulement de passer 20 heures sur un sujet, mais de les passer efficacement. Pour cela, Kaufman propose une approche systématique pour acquérir des compétences.

Cette approche systématique est la suivante:

  1. Choisir un projet qui nous tient à coeur
  2. Se concentrer sur une seule compétence à acquérir à la fois.
  3. Définir le niveau  e compétence que l’on veut acquérir
  4. Déconstruire la conpétence en une sous-compétence.
  5. Obtenir les outils critiques
  6. Eliminer les barrirère à la pratique
  7. Se contruire le temps nécessaire à la pratique
  8. Créer une boucle de rétroaction la plus rapide possible
  9. Pratiquer sous les contraintes d’horloge
  10. Donner la prioriété à la vitesse et à la quantité.

Certains de ces principes tiennent du bon sens mais il en faut pas oublier qu’il ne suffit pas d’être d’accord avec eux, il faut les mettre en oeuvre.

1. choisir un projet qui nous tient à coeur. Investir 20h, c’est à la fois peu et beaucoup. investir plus d’une heure pas jour avec une concentration avancée, n’est tout simplement pas réaliste si le projet ne nous intéresse pas. Selon Popper, la meilleur chose qu’il puisse arriver à un être humain est de tomber amoureux d’un problème, jusqu’à trouver un autre problème dont il sera encore plus amoureux. Si l’on veut une vie satisfaisante et productive, on ne peut pas se tromper en avançant de cette façon. Plus l’on sera excité à l’idée d’acquérir une compétence, plus l’on sera capable de l’acquérir rapidement. L’urgence d’une compétence par rapport à une autre pourra nous aider à choisir.

2. Choisir une seule compétence à la fois. On retrouve l’idée de Léo Babauta. C’est l’une des erreurs les plus faciles à faire. Acquérir une nouvelle compétence demande une masse importante de concentration. Si l’on a qu’une ou deux heures à consacrer par jour à son projet, ce n’est pas le moment de le dillapider sur plusieurs projets. De plus, les premières phases d’apprentissage induisent une forte frustration, un penalty switch pour passer de l’un à l’autre et un apprentissage ralenti. La formule idéal pour abandonner et ne rien apprendre. A l’instar de David Allen, il conseille de faire une liste de « un jour, peut-être… » (one day/ maybe). La liste des choses que l’on souhaite faire un jour mais sur lesquelles on ne va pas se concentrer à l’instant.

3. Définir le niveau de compétence que l’on souhaite acquérir. C’est définir ce que « assez bon » veut dire. Selon l’auteur, lorsque l’on définit exactement le niveau que l’on souhaite atteindre, c’est plus simple de trouver la manière de l’atteindre. « Un problème bien posé est un problème à moitié résolu ». Par exemple, si votre but est d’être assez bon pour prendre du plaisir à l’activité, il faut visé le point où l’on est plus frustré. Si vous voulez être performant, il faudra définir une étape intermédiaire qui correspondra à un premier niveau de performance facile à atteindre, même si vous visez de devenir le maître mondial en la matière à long terme. Il faut également prendre en compte dans cette vision du niveau de maîtrise les aspects sécurité: si l’on se blesse durant le processus d’acquisition, l’objectif ne sera jamais atteint.

4. Déconstruire la conpétence en une sous-compétences. Une fois la compétence identifiée, il va falloir la « déconstruire » en sous compétence les plus petites possibles. L’exemple donné par l’auteur est le suivant, pour le golf, il faut:

  • savoir choisir un club
  • faire un put,
  • sortir d’un bunker
  • apprendre le swing sur le tee.

une fois déconstruit, il sera bien plus facile d’identifier les sous-compétences les plus importantes. Si l’on enlève les compétences les moins critiques au début, on pourra se concentrer sur les sous-compétences à plus forte valeur ajouté. Il y a ici un principe du 80/20.

5. Obtenir les outils critiques. Plusieurs compétences ont des pré-requis matériel. On ne peut pas apprendre le tennis sans trouver un cours et une raquette. Identifier les éléments les plus critiques avant de commencer sauve du temps. Par exemple, pour la lecture rapide, je n’ai pas pu effectué certaines séances faute d’avoir un chronomètre sur moi.

6. Eliminez les barrières à la pratique. Il  existe des barrières  qui peuvent vous empêcher de pratiquer. Les cas les plus courants sont les suivants:

  • Un effort pré-pratique significative. Par exemple, ne pas placer ses instruments au bon endroit, ne pas acquérir les outils nécessaires au préalable ou sauter des étapes de préparation.
  • Ressources non disponibles. Par exemple, si vous êtes obligé d’emprunter un matériel chaque fois que vous devez pratiquer ou si la salle de sport n’est ouverte qu’à certaines heures, ou encore si les ressources ne sont pas disponibles en voyage.
  • Distraction de l’environnement: Téléphone, email, …
  • Blocages émotionnels: peur, doute, l’embarras

Compter sur votre volonté pour outrepasser ces barrières est une stratégie d’échec. Notre volonté est limité et autant l’utilisé intelligemment.

7. Se construire le temps nécessaire à la pratique. Les vingt heures passées à acquérir une compétence doivent bien venir de quelque part. Trouver du temps est un mythe, pour Kaufman, il faut en construire. On le construit en trouvant des activités de basse valeur ajoutée et en les supprimant. Pour cela, il suffit souvent de prendre un carnet de note et de noter où part le temps de votre journée.  Vous vous rendrez compte qu’en faisant quelques coupes sauvages dans les activités inutiles, il y a beaucoup plus de temps disponible que vous ne le pensez. Kaufman recommande de trouver une plage d’une heure trente par jour pour ces activités et de s’engager à 20 heures de pratique assidue.  En « pré-contractant » ainsi, vous n’aurez pas la possibilité d’abandonner à la moindre difficulté. Si vous n’êtes pas prêt à investir 20h au total, autant ne pas l’investir.

8. Créer une boucle de rétroaction la plus rapide possible.  Il faut obtenir le plus rapidement possible l’information suivante: « savoir si vous aller dans le bon sens ». Si vous obtenez le résultat dans 6 mois, vous ne pourrez pas corriger les erreurs. Plus la boucle de rétroaction est longue, plus on apprend vite. Les meilleurs coachs sont ceux qui donnent le feedback le plus immédiat. Plus l’on trouve de source de feedback, plus l’on ira vite.

9. Practice by the clock in short bursts. Notre cerveau est très mauvais pour estimer le temps. Dans les premières étapes d’apprentissage, on aura tendance à sous-estimer le temps passé. Prendre un chronomètre et pratiquer pendant 20 minutes au minimum. Sans aucune exception. Trouver 3 à 5 session d’au moins 20 minutes par jour est l’idéal selon l’auteur.

10. Favoriser la quantité et la vitesse. Il est tentant d’essayer de faire les choses à la perfection dès le début. Au contraire, il vaut mieux essayer de pratiquer le lus vite possible en gardant un forme « assez bonne ». Pour illustrer ce propos, Josh donne un exemple extrait de Art & Fear. On a séparé deux groupes en leur demandant de réaliser un travail manuel. Le groupe A sera jugé sur la qualité du résultat produit, le groupe B sur la quantité du résultat produit. Il s’est avéré que c’est le groupe B qui au final a réalisé le produit de meilleur qualité. Une compétence est le résultat de la pratique délibérée et consistante. Dans les premières étapes, la quantité doit être privilégié sur la qualité. Cela paraît contre-intuitif, et pourtant, il s’agirait de la bonne méthode.

Voilà, ayez en tête ces dix points que vous vous attaquerez à l’apprentissage de l’italien, au jonglage, au joga, à la danse classique ou à l’haltérophilie, ils vous permettrons de faire les bons choix dès les début.

The First 20 hours, disponible sur Amazon en version papier et kindle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s